Douches froides

Douches froides
Douches froides

Pourquoi tu devrais prendre des douches froides. Je te raconte mon challenge de 30 jours de douches froides et leurs nombreux bienfaits sur la santé.


Aversion au froid

Toute ma vie, j’étais très frileux.
Et je considérais le froid comme un obstacle que je fuyais le plus possible. Toutes les douches que je prenais étaient chaudes ou tièdes dans le pire des cas.
J’accumulais les couches de vêtements les jours glacés d’hiver.
À la plage ou à la piscine, si l’eau était trop froide, je ne me baignais pas.
Mon corps ne supportait pas l’exposition à ce froid glacial, même si j’essayais de lutter.


Mon challenge — Douches froides

Il y a deux ans, alors que je me consacrais assidûment au développement personnel en repoussant mes peurs et mes limites au quotidien, j’ai découvert l’histoire passionnante et inspirante de Wim Hof, cet homme néerlandais surnommé “l’homme de glace”, qui détient 26 records du monde liés à l’exposition prolongée au froid.
Sa capacité à résister au froid extrême lui a notamment permis de grimper le mont Blanc en short et de rester près de deux heures immobile, dans un bain de glace !

J’ai alors décidé de me confronter au froid dans le cadre d’un projet de 30 jours durant lesquels j’ai pris uniquement des douches froides.
Les premiers jours étaient particulièrement difficiles.
Mes expériences passées amplifiaient ma réticence au moment de tourner le robinet vers le froid.
Avec le temps, j’ai cependant appris à accepter les températures glacées.
Ma nouvelle habitude s’est naturellement poursuivi au-delà des 30 jours que j’avais initialement prévus et les douches froides se sont complètement intégrées à mes routines quotidiennes !


Wim Hof, l’homme de glace

Ce documentaire émouvant retrace le cheminement de ce guerrier du froid :

Wim Hof, l’homme de glace

Wim Hof a entrepris une odyssée dans l’univers du froid après avoir tragiquement perdu sa femme, au moment où il a dû élever ses quatre enfants seul.

“Le froid est sans merci mais vertueux”

Il ne craint pas la mort mais il redoute le fait de ne pas se sentir vivant.
En transcendant le froid et en dépassant ses limites, il se sent exister.

Il arrive à contrôler les réactions de son système immunitaire en sécrétant des hormones telles que l’adrénaline et la dopamine grâce à son mental, qui sont normalement prises en charge par son système nerveux autonome (responsable des fonctions non soumises au contrôle volontaire).
Sa méthode, aujourd’hui enseignée à travers le monde, s’appuie sur des techniques de respiration et de méditation spécifiques qui permettent de se reconnecter pleinement à son corps et d’influer sur ses propres processus physiologiques.
La respiration constitue en effet un lien solide entre notre corps et notre psychisme.

Wim rappelle que, pour repousser ses limites face au froid, il est important de dépasser nos conditionnements socio-culturels sur le sujet pour accorder une confiance totale à notre corps quant à sa capacité à affronter ces températures extrêmes.


Bienfaits sur la santé

Parmi la pléthore de bienfaits scientifiquement prouvés de la douche froide, les bénéfices principaux que j’ai ressentis au niveau de ma santé sont les suivants :

  1. Stimulation du système immunitaire : prévient les rhumes, maux de gorge et autres maladies qui nous ralentissent au quotidien.
  2. Réveille de l’organisme : diminue la sensation de fatigue et donne un surplus d’énergie et de motivation.
  3. Réduction du stress : le froid est excellent pour réduire le stress. Après un temps d’adaptation, la douche froide est devenue pour moi plus relaxante que la douche chaude : essaye par toi-même !

Si tu souhaites pénétrer dans le monde du froid mais que tu n’es pas encore un homme de glace, je te conseille de commencer ta douche avec de l’eau tiède puis passer progressivement à l’eau froide, en diminuant la température minimale au fil des jours.


Ce que le froid nous enseigne

Lorsque j’ai commencé à prendre des douches froides, j’ai vite compris que mes réactions spontanées n’étaient pas adaptées pour faire face aux faibles températures.
Au début, j’étais essentiellement animé par la douleur et la peur ; je craignais même le choc thermique.
Haletant au moment de passer ma tête sous le froid, j’étais très agité et crispé parce que je subissais un événement qui était associé à une forme aigüe d’inconfort dans mon esprit.

Ma réaction, anodine en apparence, est rapidement devenue une source de réflexion intéressante pour moi.
Le froid offre des enseignements précieux sur notre approche existentielle et utiles pour agir au quotidien.

Sortir de sa zone de confort

L’exposition au froid nous habitue à sortir de notre zone de confort et à passer à l’action. Elle nous apprend en effet à dépasser nos peurs en entretenant le goût de l’effort qui devient même un plaisir.

Le froid est un portail vers l’exploration de notre psychisme en outrepassant les circuits neuronaux formés par nos expériences passées, qui nous servent inconsciemment de référence.

Elle cultive également notre adaptabilité au changement et m’a personnellement aidé à mieux réagir face à un certain nombre de situations inconfortables comme la sensation déplaisante au réveil après une courte nuit de sommeil.

Accomplir nos objectifs

Prendre régulièrement des douches froides contribue au développement de plusieurs compétences favorisant l’accomplissement de nos objectifs.
La confrontation au froid permet de travailler sa volonté et la puissance de son mental pour supporter des conditions exigeantes comme des efforts physiques intenses, des efforts de concentration prolongée et de lourdes charges de travail.

En activant le mode de survie, elle réveille de plus en nous un sentiment d’urgence émulateur ainsi qu’une attitude alerte qui sont propices à la réalisation de nos buts, à la création et à l’innovation, nous encourageant à donner le meilleur de nous à chaque instant.

Embrasser le froid pour affronter l’adversité

Mon approche existentielle avait déjà commencé à évoluer à l’époque où j’avais entrepris mon défi, et je m’intéressais déjà à la question fondamentale de notre confrontation à l’adversité.

J’ai alors commencé à transposer mon nouveau paradigme pour faire face au froid qui symbolise parfaitement l’adversité. Le fardeau du froid s’est progressivement transmué en source de dépassement personnel.

Chaque jour où j’affronte le froid, je travaille davantage mon lâcher prise en accueillant et acceptant pleinement la sensation, sans lutter cette fois-ci.
Si nous essayons de résister contre le froid, nous le supportons paradoxalement beaucoup moins et il nous fait souffrir.

Il en va de même des épreuves de la vie : l’acceptation complète de ce qui est, sans jugements, donne un nouvel éclat à notre existence et notre réalité s’adoucit naturellement.

Steven Lasry

Apprivoiser le froid est ainsi un moyen efficace de travailler notre réaction à l’adversité. Pendant que notre corps s’habitue au froid, notre esprit apprend à faire face à l’adversité, à se recentrer sur le moment présent.

Steven Lasry

À l’opposé, notre rapport à la chaleur est tout aussi intéressant. Elle s’identifie métaphoriquement au confort, à la réussite et à l’opulence qui peuvent être sublimés en source de gratitude, à l’aune de la vigueur du froid.


Le froid est un univers qui mérite d’être exploré au-delà de notre aversion à son égard, quitte à paraître givré ! Il recèle des bénéfices conséquents pour notre santé et notre bien-être. Comme Wim Hof le répète souvent, le froid lui a tout appris.